Confessions-sur-le-netfloor

MES GOURMANDISES - EPISODE 1 - LES GLACES - lundi 25 août 2008

Mais comment donc ? ? ? ! ! !

Je constate avec effarement que je ne vous ai jamais parlé des choses que j’aime dans la vie et que je suis avant tout une grande gourmande !

 

Je commencerais donc ce nouveau rendez-vous entre nous sur mes « Gourmandises », en vous parlant du meilleur glacier de la place de Paris !

Un glacier qui figure en tête de liste de tous les meilleurs guides Gastronomiques.
Un glacier de réputation mondiale, cité dans tous les sites étrangers sur Paris et sur la France.
Un glacier considéré même par certains comme l’un des meilleurs au monde !
Un glacier fournisseur des meilleures adresses dont Hédiard !

Ben la vache alors ! ! !

 

Je suis un tout petit peu embêtée à vous dire vrai pour écrire cet avis pour diverses raisons :
1) Ca fait un petit paquet de temps que je ne suis pas allée chez Berthillon même si épisodiquement j’y pense avec délectation,

2) Pour le coup, la tâche est ardue tant ici les choses sont subtiles et parler des saveurs, du raffinement de la texture et des milles et uns parfums ne remplacera jamais la nécessaire visite que vous devrez y faire.

 

Tout d’abord je voudrais dire que Berthillon est une adresse « sacrée » au même titre que quelques autres bien connues des fins gourmets et des élitistes qui peuvent se le permettre.

Car voyez-vous je classerais Berthillon à égal dans le même classement que :
- La Salon de Thé « Angelina »,
- La maison « Fauchon »,
- Les macarons de chez « La Durée »…..c’est dire !

C’est un de ces endroits où se côtoient la bourgeoisie Parisienne qui ne jure que par la qualité et le raffinement de ces préparations, les étrangers en visite avec leur guide à la main qui tente d’entrevoir le saint des saints parmi la foule, et les quelques « fondues » de crèmes glacées qui même s’il ne sont pas très fortunés, sont prêts à tous les sacrifices pour y déguster des trésors de saveurs préparées par un des maîtres du genre.


Moi j’ai connu Berthillon à l’adolescence…….

C’est vers l’âge de 15 ans que ma mère et ses copines se sont faîtes un devoir de « m’éduquer » aux raffinements de la grande cuisine.

C’est vers 15 ans que j’ai découvert toutes ses adresses, tous ces endroits si particuliers qu’une jeune fille de « bonne éducation » se doit de connaître, en même temps qu’elles m’ont passé en revue les bonnes manières, la façon de s’asseoir élégamment, le ton de voix que l’on doit employer en publique, comment utiliser les 50 paires de couverts à coté de mon assiette dans un restaurant, et comment avoir cet air négligemment dégagé, jamais étonnée, même devant l’invraisemblable ou dans l’excitation.

 

Bref, ça faisait aussi partie de mon éducation que de savoir maintenant où sélectionner les meilleurs mets de la capitale dans le cas improbable ou j’aurais épousé un fils « de », un diplomate, un critique gastronomique, où un distingué militaire de haut rang.

Hélas, trois fois hélas j’ai fait un mariage d’amour, mais fort heureusement j’ai conservé certains réflexes gastronomiques dont celui d’épater nos convives avec des produits à nuls autres pareils.


Berthillon est à la base et encore aujourd’hui une structure familiale et artisanale.
Au départ un commerce de Boulangerie Pâtisserie situé dans un ancien bistrot.
Comme dans beaucoup d’autres boulangeries, on y fait des glaces « maison » qui ne tarderont pas à être connues des habitants de l’Ile Saint Louis.

Puis bien avant la création du célèbre guide, Messieurs Gault et Millaut alors journalistes, font un petit reportage sur les bonnes adresses de l’Ile Saint Louis.
Les habitant leurs conseillent tout naturellement de goûter les glaces de Monsieur Berthillon.

La suite, vous l’imaginez aisément.
Le 2 célèbres critiques gastronomiques tombent sous le charme et ne tarissent pas d’éloges sur la maison.
Le temps fera le reste…….


Ici les crèmes et sorbets sont fabriqués à l’ancienne et avec des produits de TRES grande qualité.
Les fruits sont soigneusement sélectionnés aux Halles de Rungis par le patron lui-même et travaillé dans la journée pour en conserver toutes les qualités gustatives.

Les produits laitiers sont également regardés avec beaucoup d’attention et sachez que ce sont bien évidemment des produits frais.
Pas de lacto-chépaquoi lyophilisé dans la crème glacée, nom rien de tout cela, mais de la bonne vrai crème fraîche de tradition normande non pasteurisée….

Et tout est comme ça, même l’eau incorporée dans les sorbets est une eau de source sélectionnée pour sa douceur et sa neutralité !

La légende raconte même que le patron trie lui-même un par un les raisins qui serviront à la crème glacée rhum-raisins !

Vous pouvez bien entendu déguster sur place dans le salon de thé qui jouxte la boutique, ou prendre votre mal en patience et acheter des bacs entiers de succulentes crèmes glacées ou d’autres dessert avec macarons incrustés dans la préparation et/ou fruits confits, ou morceaux de gâteaux etc…etc….

 

Oui je dis de prendre votre mal en patience, car si vous vous y risquez le week-end vous devrez d’abord patienter de très longues minutes (parfois ça se compte en demi-heures ou en heures) dans l’interminable file d’attente devant le célèbre glacier !

Mais ça vaut le coup d’attendre je vous le jure !

Evidemment tous les parfums habituels et traditionnels d’un bon glacier : Moka, chocolats (noir, blanc, au nougat, ou mendiant), vanille, grand-marnier (mon préféré), marron-glacé, fraise, etc, etc…..

Puis des choses plus inattendues : Whisky, thé earl grey, thym-citron, Pain d’épices, rhubarbe, kiwi, et tant d’autres encore.


C’est magique !
Presque tout ce que vous pouvez imaginer, ils l’ont crée !

Il faut dire aussi que dans le salon de thé vous pourrez également essayer leur tarte tatin dans la plus pure tradition.
Vous pourrez également acheter d’autres mets raffinés et fait « maison » comme de délicieuses confitures, quelques gâteaux et des champagnes.

Sincèrement si vous passez à Paris en vacances, en premier lieu vous vous devez de visiter l’Ile Saint Louis car c’est un endroit charmant et pittoresque.
Et si vous êtes sur l’Ile, il est serait idiot, voire criminel de ne pas aller au moins vous payer un cornet chez Berthillon.

Même si vous n’aimez pas les glaces, en admettant que cela puisse exister, placer dans la conversation que vous connaissez bien Berthillon, ça fait toujours sont petit effet ! ! !


Si, si je vous jure….
Il y a certains moments comme ça dans l’existence où vous êtes un peu paumés…
Z’êtes invités pour la première fois à un dîner très important avec votre boss qui connaît le tout Paris.
Tout le monde est là à faire des allusions à des choses si mystérieusement « Top fin du fin des gens In, qui se la pètent »…….
Ils rient entre eux et vous regardent d’un air goguenard en se disant « la pauvre – de quoi a-t-elle l’air dans son tailleur bon marché »….

Et là, au milieu de tous ces gens si « bien sous tout rapport » qui vantent un obscure traiteur de Neuilly qui fait de la glace à la poire Williams, paf, vous leur balancez, l’air dégagé et suffisant, un rien amusée,

« Oui évidemment je connais bien, mais ça ne vaut pas la glace chocolat mendiant de chez Berthillon ! »



25/08/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres